Lis les 3 premiers chapitres de

Toi. Moi. Et les étoiles



Si vous aimez les grandes histoires d’amourle suspense et les tabous, cette lecture est pour vous !


Venez découvrir les 3 premiers chapitres de Toi. Moi. Et les étoiles et laissez vous emporter par un tsunami d'émotions fortes !

Prologue

Ethan


14 ans plus tôt



J’ai faim, tellement faim et maman dit que je ne suis qu’un ventre sur pattes, que je devrais être content qu’elle me garde parce que je ne sers à rien. J’ai envie qu’elle comprenne que je peux être utile pour qu’elle m’aime. Moi, je l’aime. Alors je vais chercher à manger. J’ai vu cette maison hier avec plein de fruits dans le jardin. Des pommes, des poires, c’est bon les poires. J’aime leur goût et le jus qui coule quand on croque dedans.


Tapi derrière le muret, je surveille discrètement pour m’assurer que l’endroit est désert. Une fois que je suis certain que le champ est libre, je l’escalade et saute de l’autre côté pour y découvrir une très jolie maison. Elle est bien différente de la nôtre. Cette maison doit sentir bon, elle.


J’aperçois les poires tombées sous un arbre et m’empare de l’une d’elles avant de croquer férocement dedans. J’en gémis de plaisir. C’est tellement délicieux. Mon ventre grogne depuis deux jours, mais je n’ai réussi à manger que le fond du paquet de céréales qu’il restait dans le placard.


Je tire sur mon tee-shirt pour y mettre des fruits, mais me rends rapidement compte d’un problème de taille. J’aurais dû prendre un sac pour en ramasser plus. Maman dit que je suis bête. Elle a peut-être raison, sinon, j’y aurais pensé.


— Hey, je peux savoir ce que tu fais ?


Au son de la voix, je sursaute et laisse tomber les poires. Une grande femme m’observe, les bras croisés. Elle a l’air en colère. Elle va me gronder et peut-être même me frapper. J’ai peur. Je recule d’un pas, prêt à m’enfuir, quand soudain, je l’aperçois. Une petite fille est cachée derrière la jambe de sa maman.


Cette dernière a une main posée sur son épaule. Je crois qu’elle veut la protéger. De moi. Parce que je ne suis qu’un méchant garçon. La fillette est aussi blonde que cette dame, mais ce qui attire le plus mon regard, ce sont ses yeux. Des yeux d’un bleu presque translucide.


En la voyant croquer dans un gâteau, mon ventre résonne bruyamment. Ça a l’air bon, tellement bon. Elle sourit à sa maman une seconde, avant de faire un pas vers moi. Elle n’est pas en colère comme la dame, et elle est plus petite que moi, alors je n’ai pas peur. Je sais me défendre.


— Tu veux bien partager avec moi ?


Lorsqu’elle me tend un gâteau, j’en reste interdit. Il y a forcément un piège. Quand les gens me voient, ils me crient dessus, me frappent, ils ne sont pas gentils. Jamais. Je ne sais pas quoi dire, alors j’attends, même si je meurs d’envie de l’attraper et de n’en faire qu’une bouchée.


— On peut aussi le donner aux oiseaux.


Elle est folle ? Je lui arrache des mains et le mange. C’est un gâteau au chocolat, c’est tellement bon. Ce goût sucré est un délice. J’en veux encore, mais je n’ose pas le lui demander. Elle sourit en avalant une dernière bouchée et sa maman se rapproche. Je me recule d’un pas, mais celle-ci s’accroupit à côté de la petite fille en levant une main.


— N’aie pas peur. Moi, c’est Samantha, et voici Livie. Comment tu t’appelles ?


Je réponds nerveusement. Elle est gentille, elle ne crie pas.


— Ethan.


Elle sourit, ce qui la rend vraiment jolie cette dame.


— Bonjour, Ethan. J’allais donner un verre de lait à Livie et il y a d’autres gâteaux. Ça te dirait de venir prendre le goûter avec nous ?


Oui. J’ai envie de hurler oui, mais je regarde autour de moi en me demandant ce qui ne va pas. Ce n’est pas normal, tout ça est trop bizarre.


Devant mon silence, elle se lève et attrape la main de la petite Livie.


— C’est comme tu veux. Tu peux rentrer, on t’attend dans la cuisine.


Livie avance derrière sa maman et me fait un signe pour m’inciter à les suivre. Je les observe entrer dans la maison, incapable de comprendre ce qu’il vient de se passer. Je pourrais partir. Attraper quelques poires et partir.


Je me baisse et ramasse quelques fruits, mais au moment de sauter le muret, je regarde la porte-fenêtre restée ouverte. Je repense à cette maman qui avait l’air si gentille, et je me dis que moi aussi j’aimerais une maman comme ça. Alors, je pourrais y aller. Juste pour voir ce que c’est. Juste… un p’tit peu.


Tout doucement, je m’avance vers la terrasse et monte les escaliers avant de les observer à la dérobée. Assise à table, la petite fille m’aperçoit au moment où la femme pose une assiette remplie de sucreries et deux verres de lait en face d’elle. J’ai le cœur qui bat très fort et je reste là, à les épier. Livie saute de sa chaise et s’approche de moi.


Quand sa main attrape la mienne, je sais que je vais entrer et j’ai très peur. Alors je serre sa main plus fort, parce que même si j’ai très peur, je n’ai pas envie de partir.



Chapitre 1

Ethan



À vingt-trois ans, j’avais déjà connu la douleur bien plus que je n’aurais voulu la connaître. Qu’elle soit physique ou morale. Et pourtant, un jour, je me suis permis de croire à nouveau en la vie. Parce qu’un jour, j’ai croisé la route d’une petite fille de six ans, qui m’a profondément marqué.


En un regard, j’ai su qu’elle allait bouleverser toute mon existence. J’avais beau n’avoir que neuf ans, quand mes yeux se sont posés sur elle, tout ce en quoi je croyais n’a été que les prémices d’un nouveau départ. Tout ce que je connaissais alors n’était que les coups et la sensation de faim qui m’étreignaient jour après jour. Ma mère n’avait d’autre marque d’amour à m’offrir, et les placards étaient trop souvent vides pour me permettre de manger à ma faim.


Je volais pour assouvir ce besoin. Tout ce que je souhaitais, c’était un peu d’amour de la part de cette femme qui, je le savais, souffrait en silence.


Le jour où j’ai croisé le regard de la petite fille aux boucles blondes, je n’ai rien vu venir. Pourtant, quelque chose s’est insinué en moi. Ses yeux d’un bleu presque translucide ont pénétré à même mon âme sans même que je ne m’en rende compte. Elle m’a souri et j’ai su. J’ai su qu’elle m’avait pris au piège.


Je suis donc revenu. Encore et encore, incapable de refuser la gentillesse de cette famille parfaite, digne d’une belle publicité pour dentifrice.


Il est difficile de dire aujourd’hui si j’en tire des regrets. Ce dont je suis certain, c’est que j’ai aimé cette famille comme si c’était la mienne. Si au début l’excuse de vouloir manger était pratique, très vite, j’ai été obligé d’admettre la vérité. À chacune de mes visites, je ne souhaitais qu’une chose. La voir, elle.


Livie.


La belle Livie.


Les années passaient et l’attirance que je ressentais pour elle grandissait. Elle devenait cette jeune femme magnifique, insaisissable. Et puis un soir, allongé dans cette clairière, je n’ai pas pu. Elle fixait les étoiles au-dessus de nous avec cet air angélique que j’aimais tant chez elle. Ce jour-là, pour la première fois, je me suis autorisé à poser mes lèvres sur les siennes. Je savais que c’était une mauvaise idée. Je le savais et pourtant…


J’ai de la peine pour Greg. Greg, c’est son frère. Du haut de ses vingt-cinq ans, il y a cru. Il a espéré que ce voyage lui donnerait satisfaction. Moi, je savais à quoi m’attendre, mais je me suis retenu de lui enlever le peu d’espoir qu’il gardait.


Dans une tentative de penser à autre chose, j’ai décidé de profiter des bienfaits de New York. D’un geste rapide, j’avale la dernière gorgée de mon verre avant de le claquer sur le bar. En balayant la salle des yeux, je remarque une belle chevelure rousse tout à fait mon goût. Ça aura au moins eu le mérite de ne pas avoir été un voyage pour rien.


Lorsque je la rejoins, elle m’offre un sourire à demi timide. Elle est canon. Un peu plus âgée que moi, mais je m’en tape. Ses cheveux d’une teinte aussi vive que le feu, lui tombent en cascade sur les épaules pour s’arrêter sous sa poitrine. Intéressante d’ailleurs. Quant à ses lèvres charnues, elles ne me laissent pas de marbre. Alors que j’imagine déjà comment je pourrais en tirer un certain avantage, mon regard rencontre le sien.


La sensation d’un poignard qu’on me retourne dans le cœur me fait réaliser que ça ne la remplacera jamais. Ses yeux bleus me font penser à ceux de Livie. Même s’ils ne sont pas aussi beaux que les siens, mon esprit ne peut s’empêcher de les comparer.


Je me demande ce que cette femme fait toute seule. Le profond soupir qu’elle pousse ne cache pas son agacement, mais je compte bien la convaincre. En voyant un serveur passer devant notre table, je l’interpelle.


— Un whisky et…, je questionne du regard jolie rouquine.


— Une Margarita, répond-elle après un moment d’hésitation.


Elle ne doit pas être à son premier verre vu ses yeux vitreux, mais je ne vais pas faire la fine bouche. Ce soir, je suis bien décidé à oublier Livie une bonne fois pour toutes. Fini les journées à me morfondre pour une fille qui, visiblement, n’en valait pas la peine.


— Alors, tu m’attendais ?


Je lui offre mon plus beau sourire afin de l’aider à se dérider un peu. Elle soutient mon regard avec assurance, ce qui me fait immédiatement penser que cette expression timide n’était qu’une façade.


— Ça marche souvent ce genre de discours ?


Mes lèvres s’étirent, amusées de voir l’aplomb dont elle est sans aucun doute dotée. Je devine le tempérament de feu qu’elle cache derrière son air penaud.


— Mauvaise journée ?


Ses épaules s’affaissent, vaincues, au moment où le serveur revient avec nos consommations. Je le remercie et avale une gorgée de mon breuvage, toujours en attente de sa réponse.


— Je n’ai pas pour habitude d’étaler ma vie à de parfaits inconnus.


— Si ça peut te rassurer, j’ai connu mieux aussi.


Elle croise les bras sur la table, dévoilant son décolleté qui me dit que ça vaut vraiment le coup de l’amadouer.


— OK, que fais-tu dans la vie ?


Et c’est parti pour les banalités. Ça ne me dérange pas, je connais mes atouts.


— Photographe.


La surprise se lit sur son visage. Le coup du photographe, ça marche toujours et je n’ai même pas besoin de bluffer. Elle n’est pas belle la vie ?


Elle attrape son verre pour en boire une gorgée et de sa langue, elle lèche le coin de sa bouche, me donnant l’envie d’accélérer le mouvement. Sa façon de me fixer pourtant m’indique qu’elle n’a aucune intention de me faciliter le travail.


— Photographe. Dans quel domaine ?


— J’expose des portraits en grande partie.


Je vois à son regard amusé que je l’ai séduite. Je me penche au-dessus de la table. Quand mon pouce effleure ses lèvres pour y recueillir les traces de sel, son sourire s’élargit. J’attrape sa main et lui demande :


— Et toi, à quoi consacres-tu tes journées ?


Son expression espiègle promet une bonne dose de surprise. Elle me fait signe de son index de m’approcher. Son effluve sucré me chatouille les narines quand elle murmure à mon oreille d’une voix aguicheuse :


— Infirmière.


Je le savais. Cette fille est un fantasme masculin à elle toute seule.


*

— Et voici mon antre !


Je referme la porte derrière moi et observe la pièce dans laquelle jolie rouquine vient de pénétrer. Je ne lui ai même pas demandé son prénom, mais vu comment vont finir les choses, on s’en contrefout. Je l’aurai sûrement oubliée à la minute où j’aurai remis les pieds à Cover-Road de toute façon, c’est-à-dire dans moins de vingt-quatre heures.


Rouquine s’adosse au bar en granit m’offrant le loisir de détailler la pièce autour de nous. Ouais, sympa cet appartement. Un peu trop fille à mon goût, mais je suppose que c’est normal. C’est simpliste. Salon, salle à manger et cuisine ouverte sur le bar, rien d’extraordinaire.


Je me débarrasse de ma veste avant de la rejoindre.


— Je n’en reviens pas… dit-elle avant d’ajouter plus sérieusement, tu as quel âge ?


Ça ne manque pas de m’amuser.


— Vingt-trois ans.


Son rire résonne dans toute la pièce.


— Merde, je suis une cougar !


Sa réflexion aura au moins eu l’effet de nous mettre dans une ambiance festive.


— Tu n’es pas si vieille que ça.


Je me mords la joue, espérant ne pas avoir été désobligeant. Elle pose un doigt sur mon torse en descendant son geste doucement, mais sûrement.


— Je ne suis pas vieille. J’ai vingt-huit ans.


— Aucun problème.


Je ne lui laisse pas le temps de peser le pour et le contre et m’empare de sa bouche. Sa réaction ne se fait pas attendre et elle répond à mon baiser férocement. Je me débarrasse de mon tee-shirt pour passer à l’étape suivante, mais alors que j’étais sur le point de remonter le tissu de sa robe sur ses cuisses, elle m’arrête.


Je suis décontenancé. Elle ne va pas changer d’avis maintenant ? Putain, elle m’allume depuis qu’elle m’a susurré qu’elle était infirmière et elle me laisserait en plan de cette façon ? Je me suis fait tout un scénario qui n’a pas manqué de m’exciter pendant qu’elle voulait qu’on « parle ». Si elle n’avait pas été aussi canon, ça fait longtemps que j’aurais lâché l’affaire. Alors si elle me plante comme ça…


— Ma coloc va bientôt rentrer, il vaut mieux qu’on aille dans la chambre.


Je suis rassuré et ris en la voyant se déhancher en direction du couloir. Quand je dis qu’elle m’allume, ce n’est pas une blague ! Lorsque je la rejoins, elle est déjà nue, sa robe étalée sur le sol. Je déboutonne mon jean, me débarrassant de tout textile inutile, bien décidé à lui faire crier mon nom.



Chapitre 2

Livie



Soulagée que mon service se soit enfin terminé, je pose mon plateau sur le comptoir. La journée a été épuisante, et mes pieds me le rappellent cruellement. Fred, le patron du bar où je travaille depuis presque trois ans maintenant, est occupé à former un nouveau barman qui, je l’espère, sera enfin la personne de la situation.


C’est le troisième ce mois-ci et ça n’aide pas Fred à garder le sourire. Si seulement il n’y avait que ça… mais les serveuses défilent également assez régulièrement. Il dit souvent qu’il aimerait pouvoir consacrer son temps à des choses plus utiles que le balai des employés, venant et repartant à vitesse grand V.


Mais les journées de vingt-quatre heures ne semblent pas lui suffire pour mettre en route ses projets.


Et voilà comment je me retrouve à observer Fred jurer, au moment où Cédric, le futur - ou ex - barman mis à l’essai depuis à peine quelques heures, lâche un verre qui se brise en tombant sur le sol.


J’ai de la peine pour lui. Il ne doit pas être beaucoup plus vieux que moi et je me souviens de la pression que Fred m’imposait à mes débuts. Même si aujourd’hui j’entretiens une relation amicale avec lui, je n’ai pas oublié ses mines renfrognées, ses piques désobligeantes, et l’impression de n’être qu’une petite écervelée.


Il ne m’aimait pas beaucoup. Bon d’accord, il me détestait. Jenny lui avait forcé la main quand je n’essuyais que des refus partout où je postulais. J’avais surpris une conversation entre eux qui ne m’avait pas beaucoup plu. Il disait qu’il n’allait pas s’emmerder avec une gamine de dix-sept ans, fraîchement arrivée à New York qui se précipiterait pour pleurer dans les jupes de sa mère au premier accroc.


Ça m’avait profondément blessée et je n’avais pas manqué de lui faire part de mes pensées. J’étais tellement en colère. Ce n’était pas vraiment pour son manque de confiance, mais l’image qu’il se faisait de moi. Ça faisait bien longtemps que j’avais perdu ma mère et cette réflexion m’avait fait sortir de mes gonds.


J’avais seize ans lors de l’accident, et penser à elle est toujours douloureux. Alors sa façon de me présenter, je ne l’avais pas supportée. Contre toute attente, je m’étais rapidement sentie à mon aise, et je lui avais prouvé par ce fait qu’il s’était lourdement trompé sur moi.


Le boulot de serveuse, je n’en avais jamais rêvé. Mais j’entretiens de bonnes relations de travail, et l’ambiance est plutôt agréable.

Pauvre Cédric. Je pense que comme moi, tout le monde a le droit à une seconde chance. Je ne peux cependant pas m’empêcher de rire en voyant mon patron jurer une fois de plus entre ses dents.


Ce qui n’a pas échappé à ce dernier qui me fusille du regard. Comprenant que le moment est plutôt mal choisi, j’efface instantanément mon sourire. S’il y a une chose que je sais sur cet homme de trente-deux ans, c’est qu’il peut vous faire passer du rire aux larmes avant même que vous ne vous en rendiez compte.


Me voyant prise au dépourvu, ça ne manque pas d’amuser ce dernier qui m’offre un sourire rassurant. Je lui rends en comprenant qu’il ne m’en portera pas rigueur. Il me rejoint rapidement devant le bar, prenant place sur un tabouret à côté du mien, et laisse le petit nouveau se débrouiller à réparer ses bêtises.


— Je ne lui donne pas une semaine, me dit-il.


— Laisse-lui une chance, il est nerveux. Ça fait deux heures qu’il a Monsieur grincheux sur le dos.


Fred passe sa main sur son bouc comme il le fait souvent quand il réfléchit. Je crois qu’il compense par cet effet de mode, qu’il n’a pas un cheveu sur la tête, mais ne lui en parlez surtout pas. Jenny m’a raconté qu’il le rasait pour cacher le fait qu’il se dégarnissait un peu avant l’heure. Connaissant Jenny, elle n’a pas dû l’épargner sur le sujet.


Cédric se débarrasse des bouts de verre dans la poubelle et nous jette un coup d’œil. En voyant son sourire revenir, j’essaie de l’encourager par un hochement de tête discret. Il m’envoie un clin d’œil avant de se retourner vers les clients attendant leurs consommations.


— Génial, et en plus il te drague ! lance Fred.


— N’importe quoi ! je m’empresse de répondre en sentant le rouge me monter aux joues.


Fred sourit autant qu’il est possible et ajoute :


— Il te drague.


— Non, il est gentil, c’est différent. Tu sais, il y a des personnes qui le sont naturellement et qui n’ont pas besoin de se forcer pour l’être.


— Tu parles de moi ? s’insurge-t-il.


Et moi qui croyais que mon patron était un être intelligent.


— Bien sûr que non. Jamais je n’oserais insinuer une telle chose. Je tiens à mon job.


Il est temps de partir. Je le salue et prends la direction du parking afin de retrouver la douceur confortable de mon lit. Malheureusement, à mi-chemin, je découvre Will adossé à ma voiture.


Le sentiment de culpabilité que je ressens a beau me rappeler que je devrais tout arrêter, pourtant, je sais que c’est la seule façon pour moi d’oublier mon passé. Ou du moins essayer. Quand j’arrive devant lui, il jette son mégot d’un geste vif, avant de m’attraper par la taille.


— Salut beauté.


Le petit sourire que je tente de lui donner est tout sauf honnête, et malgré qu’il le sache pertinemment, ça ne l’a jamais rebuté.


*

En entrant dans l’appartement, il ne me faut pas longtemps pour comprendre que Jenny est en bonne compagnie ce soir. Je vais devoir patienter un peu pour rejoindre mon lit si je ne veux pas assister à quelques ébats dont je me passerais volontiers. J’ai été témoin de plus de choses que je ne l’aurais voulu et j’ai donc pris l’habitude de me rendre sur le toit de notre immeuble, en attendant que les tourtereaux aient fini leur petite affaire.


La nuit est un peu nuageuse ce soir, mais on distingue quand même les étoiles, et c’est ce que je suis venue voir. Les souvenirs s’emparent de mon esprit sans que je puisse en faire autrement. Toutes ces nuits dans la clairière, allongée à même la pelouse, avec pour seul spectacle la voute étoilée. Des moments que je chéris particulièrement.


C’était un exutoire quand les choses devenaient à la limite du supportable. Alors je sortais par ma fenêtre pour m’enfoncer dans la nuit et rejoindre la clairière.


Évidemment, ça ne plaisait pas à mes parents qui criaient quand ils s’en rendaient compte. Mais je ne pouvais pas leur dire que c’était devenu vital pour moi. Combien de fois m’avaient-ils demandé des explications ? Mais j’avais toujours su garder mes émotions, les dissimulant derrière des sourires que je maitrisais à la perfection.


Les picotements dus au froid me décident à reprendre la direction de l’appartement. En entrant, le silence qui règne me rassure. On dirait bien que je vais enfin pouvoir me laisser aller à un sommeil bien mérité. Je défais mes chaussures et avance à pas feutrés pour ne réveiller personne.


L’appartement n’étant pas très grand, la cuisine est simplement séparée du salon par un bar en granit. Malgré ce petit espace, je me sens plus chez moi ici que je ne l’ai jamais été ailleurs.


En passant à côté, je remarque une veste posée sur un des tabourets. Il va sûrement y avoir un invité demain au petit déjeuner. C’est une veste en cuir, ce qui attise ma curiosité. Je me mets à imaginer quel genre d’homme Jenny a pu ramener portant ce type de vêtement.


Comprenant que la fatigue me fait partir dans des réflexions plus qu’étranges, je remonte le couloir. Et en plus, il a abandonné son tee-shirt ici. Encore heureux que je ne sois pas rentrée quelques minutes plus tôt, je l’aurais sûrement regretté. En passant devant la porte de la salle de bain, je remarque que celle-ci est entrebâillée. Je la referme, un petit toc pas bien méchant. J’avance de quelques pas en direction de ma porte, au moment où un bruit attire mon attention.


C’est là que je le vois.


L’homme à la veste de cuir.


Il referme doucement la porte du bout du couloir, où se trouve la chambre de Jenny. Sa façon de faire ne fait aucun doute. Il prend la poudre d’escampette.


Quel toupet ! Je pourrais lui balancer une petite joute d’esprit, mais quelque chose m’en empêche. Une drôle d’impression parcourt mon échine au moment où il se retourne.


Il s’avance vers moi, les yeux baissés, en reboutonnant son jean. La première chose que je vois c’est son torse nu. Et pas n’importe lequel. Un torse sculptural qui fait naître en moi des sensations oubliées depuis longtemps. Je tente de me ressaisir et relève les yeux vers le visage rattaché à ce torse.


Je me fige.

 

C’est impossible.


Il lève alors la tête et m’aperçoit.


Il s’arrête.


Avez-vous déjà entendu ce qu’on dit lorsqu’on est sur le point de mourir ? Toutes ces images qui défilent devant vos yeux, résumant en quelques secondes le fil de votre existence ? J’ai beau être en parfaite santé, à ce moment-là, c’est exactement ce qui se passe.


Je n’ai jamais oublié ces yeux verts qui me scrutent avec insistance. La pénombre ne me permet pas de les distinguer à ma guise, pourtant, je sais qu’ils sont d’une couleur aussi profonde que l’émeraude, teintée de quelques nuances grises.


Il se tient à quelques mètres à peine de moi, aussi immobile qu’une statue, ce qui me fait dire qu’il m’a reconnue également. Le choc que je ressens fait battre mon cœur à une allure effrayante. Un cœur que je croyais mort depuis longtemps.


Malgré les trois années qui viennent de passer, je sais que je suis la dernière personne qu’il s’attendait à voir. Qu’il espérait revoir un jour même. La dernière fois que je l’ai vu, je n’avais que dix-sept ans. Lui, en avait vingt, mais ça n’a jamais eu de réelle importance. Ou peut-être un peu.


Je n’en crois pas mes yeux.


C’est impossible.


Comment peut-il être ici, dans mon appartement ? Mes questions se meurent alors que je suis incapable de détacher mon regard de l’homme qu’il est devenu. Il était déjà un homme à l’époque, mais il parait encore plus mûr aujourd’hui. Ses épaules carrées parlent d’elles-mêmes.


Je frissonne quand je vois son regard s’égarer sur mes jambes, remontant doucement sur ma tenue. Je porte toujours mon uniforme de serveuse, composé d’un simple chemisier blanc et d’une jupe bleu marine m’arrivant à mi-cuisse. Je ne saurais dire depuis combien de temps nous sommes là à nous observer sans dire un mot.


Il finit par sortir son portable de sa poche et compose un numéro avant de le porter à son oreille.


— Greg ? C’est bon, je l’ai retrouvée.



Chapitre 3

Ethan



— Livie !


Je martèle à la porte où elle vient de s’enfermer. À peine avais-je prononcé le nom de son frère, qu’elle s’est ruée dans la chambre. Je n’ai même pas eu le temps de réagir, qu’elle avait déjà verrouillé la porte.


— Livie !


Comment peut-elle me faire cet affront après tout ce que j’ai traversé ? J’ai beau l’avoir détestée pour la façon dont elle m’a abandonné, j’ai bien le droit à des explications, non ? Et dire que je pensais ce périple voué à l’échec.


Je ne comprends toujours pas ce qui a pris à Greg de vouloir la retrouver après toutes ces années, mais pendant les nombreuses heures de route que nous avons partagées en voiture, il n’a pas arrêté de me bassiner qu’il était temps d’aller à elle vu qu’elle ne comptait pas revenir. Ça m’a bien fait rire, mais je me suis retenu de tout commentaire qu’il n’aurait que moyennement apprécié.


Il avait réussi à trouver avec l’aide de James, un ami de longue date travaillant dans la police, l’adresse d’un foyer, ici même à New York où elle avait séjourné quelques jours. Mais après ça, plus une trace. Rien. Comme si elle tentait de toutes ses forces de rester transparente pour ne pas être retrouvée.


On en a passé du temps à montrer la photo de Livie à travers la ville en espérant que quelqu’un aurait croisé sa route, mais on parle de New York. C’est immense. On ne savait plus quoi faire, où chercher. Greg a suggéré de rester quelques jours de plus, mais ça n’a rien donné et on était sur le point de repartir demain à la première heure.


— Mais t’es dingue de hurler comme ça ?


Je m’arrête soudain, ayant pris conscience que je n’étais plus seul. Jolie rouquine m’observe en resserrant le cordon de son peignoir qu’elle a enfilé, et n’a pas l’air d’apprécier mon attitude.


— Qu’est-ce que tu lui veux à Livie ? ajoute-t-elle, les yeux plissés.


— Je… euh… c’est quoi ton nom déjà ?


Elle se retient de rire en croisant les bras, tout en me fixant avec amusement.


— Jenny, pourquoi ? Ça t’intéresse d’un seul coup ?


Je me maudis à cet instant précis. Cette soirée a pris une drôle de tournure, et cette Jenny a l’air beaucoup moins engageante que quelques heures auparavant.


— Jenny, j’ai besoin de lui parler, j’affirme d’un ton un peu trop suppliant.


Elle ouvre la bouche prête à répondre, quand des coups à la porte se font entendre. Greg sûrement. Elle me contourne, un doigt levé.


— On n’a pas fini cette conversation.


J’en profite en la voyant disparaitre pour frapper de nouveau à la porte de Livie. Je dois lui parler, elle ne pourra pas rester enfermée indéfiniment.


— Liv ! Ouvre-moi ! Si tu n’ouvres pas cette porte, je la défonce !


Toujours rien.


— Où elle est ?


Je me retourne en reconnaissant la voix de Greg. Sa mine est affreuse, mais épris d’espoir.


— Elle s’est enfermée quand elle m’a vu.


Pas la peine qu’il sache que c’est surtout lui qui l’a fait réagir. Il n’a pas besoin de ça. Quand elle a compris que j’avais prévenu son frère, elle a paniqué. Jenny fait irruption à son tour et parait excédée.


— Allez-y, faites comme chez vous. Ne vous gênez pas !


Elle me fusille du regard et j’en fais de même. Personne ne me forcera à sortir d’ici avant de lui avoir mis la main dessus. Greg, sentant la tension, se tourne vers elle.


— Excuse-nous euh…


— Jenny.


— Jenny. Je suis son frère, je la cherche depuis… depuis très longtemps, j’ai besoin de lui parler.


Leur conversation commence à me fatiguer et je redonne des coups à la porte.


— Livie !


— Bon arrête, elle n’est sûrement plus là, affirme Jenny d’un ton sans appel.


Pris au dépourvu, je la regarde s’éloigner en direction de la cuisine. Elle ouvre un tiroir et en sort une clé qu’elle enfonce dans la serrure. Malheureusement, comme elle l’avait prédit, la chambre est vide.


Jenny me fait un signe comme pour me dire « je te l’avais bien dit ». La nervosité de Greg est visible et monte d’un cran :


— Merde ! Écoute, on ne lui veut pas de mal. C’est ma petite sœur. J’ai simplement besoin de lui parler.


Jenny le regarde et semble voir l’inquiétude sur ses traits. Je commence sérieusement à perdre patience et serre les poings le long de mon corps, espérant que Jenny prendra la bonne décision.


Son hésitation ne se dissipe pas assez rapidement à mon goût, mais elle finit par se diriger vers la fenêtre en nous expliquant :


— Elle est sur le toit.


Elle pointe du doigt l’extérieur. En passant la tête, je découvre une échelle menant vers le haut de l’immeuble. Je n’attends pas que Greg me donne ses instructions et me hisse par la fenêtre.


En escaladant, je tente de faire le moins de bruit possible. Hors de question qu’elle m’échappe encore une fois. Quand mon pied se pose sur la surface, je la vois. Il me faut quelques secondes pour me ressaisir en la découvrant assise dans un coin, les jambes repliées sur sa poitrine, la tête enfoncée dans ses genoux.


C’est comme si elle essayait de disparaitre. Je mets toute ma rancœur de côté, en la découvrant si effrayée. Je n’ai jamais voulu lui faire peur. Je m’avance et m’accroupis devant elle. Livie a toujours été un peu étrange, mais je la connais mieux que quiconque et je sais qu’un truc cloche à cet instant. Quand je croise son regard, il réveille en moi quelque chose que je me force d’ignorer.


Le besoin de la toucher s’impose à mon esprit, tout en sachant que c’est la dernière chose à faire. L’expression de peur que je lis dans ses prunelles finit de m’anéantir, et je déglutis difficilement face aux larmes qu’elle balaye rapidement du dos de sa main. Les mots me manquent, oubliant presque que nous ne sommes pas seuls sur ce toit.


Combien de fois ai-je imaginé ce que je lui dirais quand je la retrouverais enfin ? Et pourtant, je reste muet face à elle, essayant de trouver des mots qui ne viennent pas. Je jette un coup d’œil à ma droite où Jenny et Greg nous observent.


Greg est tendu et je devine aisément toute la pression qu’il retient. Jenny quant à elle, me fixe avec animosité. Elle me donne l’impression de guetter le moindre faux pas que je pourrais faire pour sortir ses griffes.


— Livie ? demande cette dernière d’une voix douce.


Livie tourne la tête vers son amie. Ne supportant plus la proximité de son corps, je me relève et recule de quelques pas. En me voyant faire, elle se ressaisit et se lève à son tour et réajuste son chemisier, les yeux baissés.


— Tout va bien, Jenny, j’ai… tout va bien, dit-elle d’une voix neutre.


Même si elle essaie de feindre une assurance certaine, elle ne me trompe pas. C’est à ce moment que ça se produit. Son visage se vide de toute expression. On ne peut y lire ni tristesse ni joie. Rien. Absolument rien. Indéchiffrable.


Si je n’avais pas assisté au spectacle de ses larmes qui maculaient ses joues quelques minutes plus tôt, je serais incapable de le deviner. Contre toute attente, elle me contourne par la gauche, mettant encore plus de distance entre elle et son frère. Lorsqu’il tente une approche, une alarme se déclenche dans mon esprit.


Quelque chose que je n’avais jamais osé envisager. Et si tout ça avait un lien avec lui ? Du plus loin que je les connaisse, ils ont toujours été très soudés. Malgré nos mauvaises blagues quand nous étions enfants, il était très protecteur avec elle. Trop à mon goût. Ce qui nous a valu de grosses sueurs froides à tous les deux les fois où on a failli se faire prendre.


Mon instinct prend le dessus et je m’interpose entre lui et Livie. Malgré sa façon de me fusiller du regard, je pose un bras sur son épaule. Je ne veux pas qu’il l’approche. Il a beau être comme mon frère, j’ai besoin d’en avoir le cœur net.


— Qu’est-ce que tu fous ? crache-t-il.


Il n’est pas ravi de mon attitude, mais tant pis.


— Laisse-la tranquille. Regarde-la, elle a besoin de temps.


Et moi aussi. Pour en savoir plus. Ses yeux se posent derrière moi. Livie l’observe, ses bras enroulés autour d’elle comme pour se protéger de quelque chose. Ça ne fait que renforcer mes craintes. Pourtant, il y a cette voix qui me répète en boucle que c’est impossible. Greg ne s’en prendrait jamais à elle.


Elle le regarde quelques secondes de plus, avant de baisser la tête et se retourner vers la porte. Mais au moment où elle pose sa main sur la poignée, elle s’immobilise en entendant la voix de son frère :


— Je sais pourquoi tu es partie !


Comme si le ciel avait compris la gravité de la situation, une bourrasque se fait sentir. Le vent se lève, et je tente d’analyser ce que je viens d’entendre. Il sait. Il sait pourquoi Livie a tout quitté du jour au lendemain sans même un mot d’adieu.


Un jour, elle était là, et le lendemain elle avait disparu avec une simple lettre disant de ne pas la rechercher. Je ressens soudain une sensation de trahison en comprenant que mon ami m’a mené en bateau.


Toutes ses paroles pour la retrouver n’étaient que du vent. Je me retourne vers Livie m’attendant à tout un tas de réactions de sa part, mais pas à celle-là. Elle écarquille les yeux de surprise et semble encore plus bouleversée.


Il avance d’un pas vers elle en ajoutant :


— Je t’en prie, je suis tellement désolé… petit lapin.


Petit lapin.


Ça fait des années que je n’avais pas entendu ce surnom dans sa bouche.


Elle inspire une grande bouffée comme si elle avait arrêté de respirer depuis une éternité et avant même que je ne m’en rende compte, elle se jette dans ses bras. Lorsqu’il la serre contre lui comme si son existence entière en dépendait, des flashs d’une vie oubliée reviennent à la surface. Et en une seconde, tous mes doutes s’envolent.


À la place, c’est mon cœur qui se déchire un peu plus et j’observe leur étreinte en pensant que moi aussi j’ai attendu trois ans pour la serrer dans mes bras.


Trois ans de secrets et de mensonges.


Trois ans depuis qu’elle est partie sans aucune explication.


*

Greg est en train de parler avec Livie dans sa chambre depuis un petit moment maintenant, et moi, je suis appuyé au dossier du canapé pendant que Jenny me dévisage, accoudée au bar de la cuisine. Si elle paraissait sympathique au premier abord, les choses ont radicalement changé.


Ça a l’air d’être une emmerdeuse finie et elle commence sérieusement à me fatiguer à me fixer de cette façon.


— T’étais en train de te faire la malle, pas vrai ?


Et voilà. On y est. Le genre de conversation que je m’efforce d’éviter. Et comme si ça ne suffisait pas, Livie m’a surpris. Non pas que ça ait la moindre importance.


— Je n’avais pas prévu de rester en même temps.


Pitoyable. Je suis pitoyable. Mais les longs discours, je ne suis pas forcément doué pour ça. Les choses auraient été beaucoup plus simples si je n’avais pas croisé Livie en sortant de cette chambre.


Jenny rit doucement et se redresse en posant ses mains à plat sur le bar.


— Et t’as un nom rattaché à ta gueule de con ?


Purée, on n’est bien parti là.


— Ethan.

Elle ouvre ses yeux en grand, croise les bras et s’enfonce dans sa chaise.


— Ethan ?


— Quoi, il ne te plait pas mon prénom ?


Elle rit doucement.


— Non, non… très joli prénom.


Joli ? C’est bien la première fois qu’on me sort un truc pareil. Je me frotte le visage essayant de dissiper des émotions ingérables à cet instant. Et moi qui croyais qu’on allait simplement rester quelques jours et rentrer les mains vides. Les choses ne se passent vraiment pas comme prévu.


J’enfonce mes mains dans les poches de mon jean, fuyant le regard de Jenny. Mais quand je lui jette un coup d’œil de nouveau, son expression a changé.


— Quoi ? je demande avec agacement.


Elle n’a pas le temps de répondre, que j’entends la porte de la chambre de Livie s’ouvrir. Greg en sort, seul. On dirait que Livie ne va pas se joindre à nous. Il prend place sur un tabouret à côté de Jenny et lui tend la main.


— Désolé pour cette entrée. Greg, je suis le frère de Livie.


— Jenny. C’est donc toi le super grand frère dont j’ai entendu parler ?


Je vois l’égo de cet abruti gonfler à vue d’œil. Il sourit tellement fort qu’il va sûrement se faire un claquage.


— Ça doit être ça vu que je suis le seul frère qu’elle a…


Regardez-moi ce con en train de se faire mousser. Jenny jette un œil en direction de la chambre de Livie.


— Comment elle va ?


— Bien, lui répond-il. Elle s’est endormie. J’ai… on avait des choses à se dire. Beaucoup de choses.


Des choses. Des choses qu’il n’a pas jugé utile de me communiquer. Il sait pourquoi elle est partie et n’a pas l’intention de me partager cette information.


— C’est ce que j’ai cru comprendre, lui répond Jenny en hochant la tête.


Je me sens un peu seul. Ces deux-là m’ignorent totalement. Je n’ai qu’une envie c’est de me rendre dans la chambre de Livie pour lui parler, mais de toute façon, elle dort.


Greg lui raconte nos difficultés pour retrouver sa sœur. Nous venons de passer plusieurs jours à arpenter la ville, dans l’espoir de trouver quelqu’un qui reconnaitrait la photo qu’on sortait à tout bout de champ. Entre ceux qui avaient l’air de s’en moquer royalement, et ceux qui ne prêtaient pas du tout attention à ce qu’on leur disait, ça n’a rien donné.


Je me suis même demandé si ça servait à quelque chose. Après tout, cette photo était vieille de trois ans. Elle ne ressemblait peut-être plus du tout à ça. Elle a vingt ans aujourd’hui, nous en avions conscience, mais c’est tout ce que nous avions. Et puis, je l’ai vue. J’aurais pu la croiser au milieu d’une centaine de personnes que je l’aurais reconnue.


Bien sûr, elle a changé. Mais pas autant que je l’avais imaginé. Elle a toujours ce regard. Quand Livie plonge son regard dans le vôtre, c’est comme si vous vous noyiez dans les profondeurs de l’océan. Elle n’a pas abandonné ses belles boucles derrière lesquelles elle se cachait souvent quand elle était intimidée. Et ses lèvres, si fines et gourmandes à la fois, qui m’ont valu de nombreuses nuits blanches.


Jenny écoute Greg avec attention avant de se retourner vers moi.


— Et bien, on dirait que vous avez eu du bol. Si ton crétin de copain n’avait pas essayé de filer en douce…


Et c’est reparti pour un tour. Greg se retient de rire. Je détourne mon regard vers la porte de la chambre de Livie. Elle m’a vu. Et ça me tord les boyaux rien que d’y penser. Pourquoi ? Ça ne devrait pas m’atteindre, après tout, c’est elle qui est partie. Je me redresse et prends la direction de l’entrée.


— J’ai besoin d’aller faire un tour.


Rejoins le club

Et reçois 3 ebooks en cadeau. 


C'est gratuit !

* En rejoignant le club, vous acceptez de recevoir des emails de Nelly Weaver

© 2020 Nelly Weaver, tous droits réservés. Voir notre politique de confidentialité