Petit point sur Emmène-moi à l’océan

Lorsque j’ai commencé à écrire Emmène-moi à l’océan, j’avais une soif de soleil et sable chaud. La vie d’écrivain n’est pas toujours drôle. Il faut passer de longues heures derrière son écran pour faire naître nos histoires. À l’heure où j’écris ces lignes, le soleil a pointé le bout de son nez et me fait un petit coucou par la fenêtre. Bien que les températures ne soient pas en notre faveur, c’est agréable. Mais voilà, je vais encore aujourd’hui continuer à écrire, soit dans mon salon ou dans mon bureau, selon mon humeur.

Ne croyez pas que c’est une mauvaise chose pour autant, je n’ai jamais rien ressenti de plus exaltant que ce pouvoir que je détiens au bout de mes doigts. Vous rendez-vous compte, il suffit de quelques mots, quelques lignes pour réussir à faire naître des personnages qui auront la chance de vivre à travers vous ! En lisant, vous leur donnez vie, à votre façon ! Il n’y a pas plus belle récompense.

Alors, bien installée derrière mon ordinateur, les doigts qui tapent sans s’arrêter, je vais vous faire voyager…

Il était une ville qui s’appelait Big sur… Sur la côte pacifique, elle était la plus belle ville des États-Unis aux yeux d’Aiden. Cet homme qui ne vouait sa vie qu’à une chose : le surf.

Lorsque la passion prend le pas sur tout le reste, est-il encore possible de s’ouvrir à un sentiment qui manquait à notre vie, sans même le savoir ? Certains cherchent le bonheur ou l’amour comme une quête essentielle à leur existence. Et s’ils avaient tort ? Et si le bonheur ou l’amour vous tombait dessus au moment où vous ne vous attendiez pas.

Aiden ne l’a pas cherché. Lina n’y croyait pas…

Et pourtant, un beau matin, une rencontre, et tout va changer…

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *