Emmène-moi à l'océan,  Le blog

Une mère est une femme comme les autres

Aujourd’hui, on va parler d’un sujet un peu délicat et très personnel. Un thème que j’ai abordé dans un de mes romans, inspiré directement de mes propres ressentis

Si je n’ai évidemment pas du tout la même histoire que Lina dans Emmène-moi à l’océan, décrire ses peurs et craintes de mère qui angoisse à tout moment de ne pas être à la hauteur a été d’une facilité… un peu déconcertante.

Pour ma part, je n’ai pas élevé mon fils seul mais j’ai été mise face au mot que tout parent craint au plus profond de lui.

Le mot « handicap ».

Mon fils est dysphasique avec attitude autistique. Pour autant, même si ce n’est pas facile tous les jours, aujourd’hui, je me dis que les choses pourraient être pire. Aujourd’hui….

Car les 3 premières années de sa vie, je suis passée par toutes les émotions possibles. Tout était ma faute. Je ne savais pas élever un enfant. J’avais forcément fait quelque chose de mal…

Et puis le diagnostique tombe. Je pensais naïvement que ça m’aiderait, mais à la place, je me suis répétée que c’est moi qui lui avait transmis cette « anomalie ».

Je te dis tout ça aujourd’hui pour que tu réalises. Être mère est le plus beau, mais aussi le plus difficile métier du monde. Parsemé d’amour, mais aussi de difficultés.

Dans Emmène-moi à l’océan j’ai pris une thématique différente, mais qui rejoignait ce sentiment de culpabilité de ne jamais se sentir à la hauteur.

Je crois que ça a été ma façon à moi de chasser ces années où je me suis sentie accusé par la seule personne qui pouvait vraiment m’atteindre… moi-même.

Alors aujourd’hui, libérons nous de nos chaines. Toutes les mères que nous sommes, au fond, ne sommes nous pas simplement des femmes comme les autres ?

Je t’envoie toute la tendresse et l’amour pour affronter ta nouvelle journée et surtout n’oublie jamais : tu es humaine 😉

Please follow and like us: